Interview de Sabine Bolzan

L’image contient peut-être : Sabine Bolzan, sourit, assis et plein airBonjour Sabine. Pouvez-vous nous décrire, en quelques mots, votre parcours ?

Après un Bac Littéraire, je me suis orientée vers des études d’Anglais et j’ai enchaîné Deug, Licence et Capes.

Enceinte de ma fille aînée, je n’ai pas poursuivi dans la voie de l’enseignement, afin de me consacrer au magnifique bonheur d’être maman.

Ensuite j’ai fait plusieurs métiers, toujours en rapport avec le commerce – bizarre pour une « fille des Lettres » ! Finalement, en 2006, j’ai ouvert des chambres d’hôtes et ainsi exprimé ma passion de recevoir, de cuisiner et mon envie de prendre soin des autres.

Au fil de ces années, j’ai eu la joie de devenir maman de deux autres filles. Ensuite, j’ai décidé de créer mon blog Les Ateliers de Sam. J’y décris toutes mes passions : la cuisine, la déco, la lecture, l’écriture, la nature, les animaux, les gens…

Fin 2010, j’ai eu l’idée d’une rubrique sur les femmes de notre temps. Actives, mères, épouses, filles de, amies de… C’est ainsi que je suis devenue journaliste, puis coordinatrice de la rédaction du magazine Bordeaux Madame et Bordeaux Madame Maison. J’ai également participé au lancement du magazine Côte Basque Madame. Conjointement, j’ai créé mon entreprise de décoration et réalisé de nombreux chantiers.

Fin 2015, comme une souris qui grignote vos réserves, Justine s’est infiltrée dans mon cerveau. Je devais alors raconter son histoire. Je me suis donc mise au clavier.

Depuis, entre Sauternes, Bordeaux et le Cap Ferret, je virevolte pour trouver la sagesse, la plénitude et la contemplation.

Quelles sont vos passions en dehors de l’écriture ?

J’ai en quelques sortes répondu à cette question dans la première question. J’adore la déco, la récup, la brocante. J’aime aussi tout ce qui peut me mettre en contact avec la nature : les animaux, le jardinage, la marche… parfois le footing. J’adore photographier les paysages rencontrés lors de mes balades. J’envisage d’ailleurs de faire un bouquin de mes photos et d’y insérer des textes.

J’ai aussi un besoin vital de faire plaisir à l’autre : je nourris ce besoin avec la cuisine. Recevoir autour d’une belle table (je peux passer des heures à dresser une table), de bonnes bouteilles de vins (toujours choisies minutieusement par mon mari) et de délicieux petits plats. J’y ajoute toujours des pincées d’amour😉!

La lecture est vitale pour moi. J’ai une pile à lire ÉNORMISSIME et je suis insatiable.

Mais par-dessus tout, ma passion, c’est ma famille. Être toujours là pour eux, les entourer de tout mon amour, les regarder vivre, rire, grandir, évoluer… Les protéger du mieux que je peux, mais pas trop non plus. Trouver le juste équilibre, pour la maman que je suis, est essentiel.

Depuis combien de temps écrivez-vous ?

Depuis l’adolescence. A l’heure où les mots ne sortent plus de la bouche tant les maux sont inexplicables. J’ai commencé par des poèmes atrocement sombres, puis des nouvelles tellement sinistres. Mais je vidais mon sac. Ensuite à 17 ans j’ai écrit un livre sur l’anorexie, les souffrances, la bataille que je menais contre moi-même et contre les autres. Et puis, au détour d’une conversation, une réflexion douloureuse venant d’un tiers m’a fait poser stylo et carnet. J’avais 18 ans.

Un jour, lors d’un dîner, mes amies m’ont demandé de créer un blog pour qu’elles puissent récupérer mes recettes. Alors, j’ai commencé par de simples explications, puis plus je progressais dans le blog, plus je dévoilais des sensations, des sentiments, des photos, puis mes lectures, puis mes humeurs… Je retrouvais enfin le bonheur d’écrire. Grâce aux magazines Bordeaux Madame et Bordeaux Madame Maison, j’ai compris que l’écriture était redevenue un besoin vital. A présent, j’ai de nouveau avec moi un carnet et un stylo.

Quel est votre genre littéraire de prédilection ?

 Aucun. A partir du moment où c’est bien écrit et que cela me nourrit, m’émeut, me touche, m’emporte, me dépayse…

Combien de temps consacrez-vous à l’écriture dans la journée ? Des moments privilégiés ?

Dès que je peux. Il n’y a pas de moments privilégiés. Il y a juste des moments inspirants et inspirés. Cela peut arriver en pleine nuit… Et là, bonjour insomnie !

Pour écrire, avez-vous besoin d’une certaine ambiance, de conditions de travail particulières ? Avez-vous des ficelles, des trucs, des manies, des objets fétiches, etc. ?

Quand je suis bloquée sur une scène, je mets une musique qui résume l’ambiance que je veux décrire. Et là, je visualise. Je me lève et je joue la scène. Les mots arrivent alors et je retourne à mon clavier. La marche aussi est libératrice et inspirante. Je parle alors toute seule et je suis certaine que les personnes qui me croisent me prennent pour une folle. J’utilise ensuite mon dictaphone pour ne pas oublier les mots. Car les mots, les bons, les justes, ne viennent qu’une fois. Si vous les ratez, votre scène n’a plus la même saveur

Pour écrire, vous servez-vous des films ou des émissions télé ?

Non, pas du tout. Enfin, quoique… C’est l’actualité surtout qui nourrit mon écriture.

Que préférez-vous dans votre activité d’auteur ?

Étrange comme question. Tout, j’aime tout. Écrire, relire, corriger, améliorer, effacer et…poser le mot fin pour passer à une autre histoire. Et puis, bientôt , je vais pouvoir aller à la rencontre de mes lecteurs et ce sera un véritable privilège.

Avez-vous des thèmes de prédilection ?

Aucun. Peut-être l’âme humaine. Elle est à la fois belle et terrifiante.

Avez-vous d’autres projets de livres ?

Ah oui ! Des tas ! J’ai plein de fichiers ouverts avec des résumés des histoires que j’ai envie de raconter. Mais ce sera plus tard, car L’Empreinte de la Chair est une trilogie et je dois finir d’écrire le deuxième tome puis m’attaquer au troisième.

Je termine actuellement un livre jeunesse que j’écris avec ma fille Fanny, depuis qu’elle a 8 ans. Elle a déjà  9 ans et demi. On prend une lettre de l’alphabet et on trouve un mot commençant par cette lettre qui l’inspire. Puis je l’écoute et… je me marre. Ce livre est accompagné de magnifiques illustrations que chaque enfant pourra colorier. Ainsi, il s’approprie l’ouvrage.

Donnez-nous un aperçu de votre personnage principal pour votre prochain livre. Qu’est-ce qu’il/elle fait qui est si spécial ?

Justine est en proie à l’anorexie depuis son adolescence. Elle lutte contre ses démons, sa violence intérieure et ses peurs. Rebelle, insaisissable, emplie de rage, elle n’a pas conscience de la souffrance qu’elle inflige à ceux qui l’aiment.

La vie va d’une façon brutale l’amener à évoluer et à s’ouvrir aux autres. Fin septembre 2013, alors qu’elle se promène avec son frère jumeau sur les quais de Bordeaux, ils sont tous deux fauchés par une voiture et sombrent dans le coma. Seule Justine se réveillera, paralysée des jambes. Peu à peu, elle reçoit des visions et comprend alors qu’elle est devenue médium. Parallèlement, elle est hantée par des cauchemars d’une brutalité extrême.

Elle ne le sait pas, elle n’en a pas réellement conscience, mais elle vient de commencer une quête…

A paraître le 23 novembre 2018

L’empreinte de la chair
Share Button