Interview de Sacha ERBEL, pour son roman L’emprise des Sens

Lorsque Talia, en pleine désillusion sentimentale, s’envole pour des vacances de rêve à la Nouvelle-Orléans, elle est loin de s’imaginer que son destin l’y attend.
Dès le lendemain, elle se retrouve mêlée à un crime, exécuté selon un rituel macabre et violent.
Rites vaudous ou crimes en série, la frontière entre les deux semble floue pour Louis Lafontaine, policier chargé de l’enquête, et lui-même confronté à des troubles obsessionnels.
Avec sa coéquipière il est prêt à tout pour remonter à la source de l’horreur.

C’est parti pour un voyage pas comme les autres en pays cajun, rythmé par toute une foule de sensations. Les esprits tourmentés se révèlent, les traumatismes refont surface et les peurs inavouables s’entrechoquent jusqu’à la révélation finale.

Mon petit avis :

Couverture de L'emprise des sens J’ai apprécié l’histoire de ce roman qui réunit : meurtres, esprits surnaturels, mais aussi une petite touche de romance. tous les ingrédients sont là pour faire un bon thriller et une histoire intense avec des actions et des rebondissements incessants.

Les personnages sont tous en contraste. L’auteure est diplômée en criminologie appliquée à l’expertise mentale, et on comprend mieux d’où lui vient cette maîtrise de la psychologie de ses personnages.

L’histoire de ce roman se déroule à La Nouvelle-Orléans, temple du vaudou, des musiques de rythmes endiablés et des senteurs d’épices virevoltants dans les airs, une ville aux multiples facettes qui est couvert d’une aura bien mystérieuse. La description de la ville est très bien écrite par l’auteure dans son roman; on est hypnotisé par cette atmosphère psychédélique et envoûtante.

Après ma lecture de cet excellent thriller, j’ai eu envie de poser quelques questions à son auteure Sacha ERBEL, notamment concernant ses sources d’inspiration pour écrire ce roman. Je vous laisse découvrir cette interview.

Imane : Comment vous est venue l’idée de ce thriller fantastique, qui réunit à la fois des crimes d’un tueur en série, de la magie vaudou et une petite touche de romantisme dans l’atmosphère envoûtante de la Nouvelle-Orléans ?

Nouvelle-Orléans : cimetière Saint-Louis appelé La cité des morts et vue de Jackson Square et de la cathédrale Saint-Louis.

Sacha ERBEL : Au départ, j’avais l’idée d’un thriller, mais pas forcément fantastique ! En le situant à la nouvelle Orléans, la pointe de fantastique s’est très vite imposée. En effet, l’idée de la religion vaudou est encore très présente, et cela donne une atmosphère très particulière, voire même mystique !
C’est en lisant des thrillers de Maxime Chattam que mon envie d’écrire s’est développée ! Mais je ne savais pas si j’étais capable d’écrire une histoire ! J’ai tenté, et la passion est arrivée ! Je ne me suis pas mise de barrière et je me suis lancée !

Imane : Quelles étaient vos sources pour la maîtrise psychologique des personnages ?

Sacha ERBEL : Depuis des années, je suis passionnée par l’étude du comportement des tueurs en série ! J’ai lu beaucoup d’études sur le sujet ! Des livres du département des sciences du comportement du FBI. Je suis fascinée par la frontière si fine qu’il existe entre la folie et le discernement et le déclencheur qui fait basculer un esprit comme n’importe lequel d’entre nous ! Qu’on ait un vécu difficile derrière nous ou pas ! Oui c’est un tout petit peu flippant ce que je raconte ! Lol.
Pour plonger plus profondément dans mes recherches, il y a 2 ans, je suis allée à la faculté de médecine René Descartes à Paris, pour préparer un Diplôme universitaire de criminologie appliquée à l’expertise mentale. J’ai appris beaucoup de choses en psychopathologie et j’avoue que c’est une excellente source d’inspiration pour moi, et mes personnages un peu torturés parfois.

Un bayou situé en Louisiane et rue de la Nouvelle-Orléans.

Imane : Êtes-vous inspirée de la réalité pour écrire L’emprise des Sens ?

Sacha ERBEL : Je ne sais pas si on peut dire que je me suis inspirée de la réalité, mais une des scènes de crime m’a été décrite par un ami (qui n’est pas psychopathe non!??), qui a fait un séjour en Haïti. Le vaudou est encore très présent là bas aussi ! J’ai juste changé la position du corps dans ma description.
Après, il y a une part d’imagination bien sûr et heureusement ! C’est aussi l’idée d’un roman, je crois ! Les faits divers restent malgré tout une très bonne source d’inspiration quand on écrit un polar !

Imane : Qu’est-ce qui a motivé votre choix d’employer le présent de l’indicatif pour la plus grande partie du roman ?

Sacha ERBEL : J’ai employé le présent de l’indicatif, car je trouve qu’il est plus vivant, plus percutant ! Lorsque l’on décrit une scène un peu tendue, je trouve qu’elle est accentuée par l’utilisation du présent. On est davantage suspendu au récit. Mais ce n’est que mon goût personnel. Ce qui ne m’empêchera pas d’utiliser le passé sur un autre roman.

Imane : Avez vous utilisé des caractéristiques de votre entourage, ou de vous pour écrire ce livre ?

Sacha ERBEL : Oui, je me suis inspirée de personnes de mon entourage pour mes personnages. Cela permet de leur donner plus de corps et de relief. J’y ai mis aussi des touches de ma personnalité c’est vrai ! Par moment! Le tout est de savoir où !??
J’ai besoin de prendre appui sur des personnes existantes pour les visualiser, les imaginer dans les scènes que j’écris. Comme dans un film !

Imane : Pouvez-vous nous parler de votre choix de l’illustration pour la couverture du livre ?

Sacha ERBEL : Alors, l’illustration de la couverture du livre, c’est mon éditrice Hélène Babouot qui me l’a proposée après l’avoir elle-même commandée à son graphiste ! J’ai eu le coup de foudre quand je l’ai vue ! Ça colle si parfaitement avec mon histoire ! Je me suis demandé comment Hélène avait pu voir aussi clairement dans mon esprit déviant !??
J’adore vraiment cette couverture !

Imane : Qu’avait vous éprouvé avant la sortie de votre premier roman ? Crainte, réjouissance ? Et après ?

Sacha ERBEL : J’étais très heureuse et excitée à la sortie du livre ! De la crainte non, car pour moi, le plus important, c’était qu’il allait sortir ce livre ! Mon tout premier roman. Je n’en étais même pas à me demander s’il allait plaire, car ma plus grande victoire à ce moment là, c’est qu’une maison d’édition me faisait confiance et que mon livre allait être publié. D’autres personnes que ma famille et mes amis allaient me lire ! Vous imaginez ? C’était un ouragan de bonheur dans ma tête !
Ensuite, les premiers retours, à ma grande surprise, étaient bons ! J’ai même la grande fierté d’avoir reçu un prix salon du polar du chat au Creusot ! Incroyable ! Hallucinant ! Et les rencontres avec des lecteurs comme moi dans les salons ! Waohhh ! Ascenseur émotionnel génial qui m’a emmenée dans le cosmos ! Des rencontres fabuleuses et si bienveillantes à mon égard. Le soutien sans faille aussi de mon mari et de ma famille, et de mes amis de 30 ans (depuis 30 je veux dire, ça ne me rajeunit pas) ou moins ! Je suis très touchée de tout ce qui m’arrive !.

Imane: Avez-vous prévu une suite de L’emprise des Sens, ou un tout autre roman ?

Sacha ERBEL : Oui la suite est écrite et en pleine lecture chez Hélène. Je sais que je vais avoir à retravailler, mais c’est comme ça que j’améliorerai mon roman ! Ça me fait aller chercher plus loin, plus profondément en moi ! C’est donc très enrichissant et nécessaire ! Hélène porte ce regard extérieur que l’on n’a plus quand on vient de finir une histoire. D’autant que pour L’Ombre de NOLA (c’est le titre du tome 2) l’histoire est un peu plus complexe.
Prochainement, il y aura aussi la sortie du Projet Nonoss, une histoire pour enfants à partir de 7 à 8 ans.

Imane : Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à nos lecteurs rêvant de devenir auteur ?

Sacha ERBEL : Le conseil que je pourrais donner aux lecteurs qui ont l’envie d’écrire, « Qu’est ce que vous attendez ? allez-y lâchez-vous, écrivez ! Faites tomber les barrières et si vous y trouvez du plaisir et de l’accomplissement, écrivez ! »
Au début, je me sentais bête de vouloir écrire, mais je me suis lancée un jour et j’y ai trouvé une passion. J’écris sur tout ce qui m’inspire et pas que du polar ! Bon, principalement du polar quand même !
Si l’envie est là, ne lui barrez pas la route, quoi qu’il se passe au bout du compte !

Par Imane TINYALI

Share Button